Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Action plan grand froid: récit du mercredi 16 janvier.

Publié le par collectif 76 des salaries du social et médicosoci

Peut-être aviez vous été informé par sms qu'une action se préparait- des militants du DAL, du Collectif 76 et des soutiens de la Maladrerie occupée sont actuellement au centre d'hébergement COLETTE YVER.

Centre d'hébergement temporaire, aménagé pour accueillir des familles avec enfants lorsque les températures sont froides.
Les familles y sont accueillies quand le thermomètre indique 4 degrés et doivent quitter les lieux le matin, pour refaire le 115 chaque soir. (sauf les week end et jours feriés où elles peuvent rester en journée).

La loi stipule la continuité de l'hébergement, c'est à dire un hébergement 24h sur 24, quel que soit la météo, et ce , jusqu'à l'obtention d'un hébergement pérenne.

Les préfectures de Paris et Dijon ont d'ailleurs été récemment condamnées pour ne pas respecter ces obligations (voir le blog).
Et la FNARS, dans son dernier rapport, indique que 57% des demandes d'hébergement par le 115 en décembre n'ont pas été satisfaites.

Pour une sortie de la gestion au thermomètre de l'hébergement, pour un accueil digne et inconditionnel de ces familles (accompagnement social adapté) nous les informons actuellement de leurs droits- afin qu'elles ne quittent pas les lieux ce matin pour se retrouver toute la journée dehors.

Le responsable de la gestion de ce centre (M Cany du CAPS) a été prévenu de notre présence.

Ce sont ce matin 43 personnes (19 familles) qui ont été hébergées dans ce centre.

Les familles sont en confiance avec les soutiens mais savent que si ces derniers s'en vont ils risquent de devoir quitter les lieux.

Après des négociations avec la DDCS et le directeur de la structure:

Les familles pourront rester jours et nuits tout au long de cette période grand froid. (à la condition que les militants quittent les lieux).
Pour l'instant jusqu'au mardi 22 janvier.

Pas de soucis, notre intention n est pas de nous substituer aux pouvoirs publics.

Uniquement que les droits fondamentaux des personnes soient respectés et en tant que travailleurs sociaux l octroi de moyens supplémentaires pour réaliser un accompagnement décent.

En l'occurrence remettre des familles a la rue a 8h du matin n'est pas décent et contraire au droit puisque c'est une liberté fondamentale!

Merci pour cette belle action qui re-mobilise nos convictions !



Commenter cet article